• Spongiares (Éponges)  
  • Cnidaires (Animaux urticants)  
  • Cténaires (Animaux à peignes)  
  • Plathelminthes (Vers plats)  
  • Annelides (Vers annelés)  
  • Mollusques (Animaux au corps mou)  
  • Bryozoaires (Animaux-mousse)  
  • Arthropodes (Animaux à pattes articulées)  
  • Echinodermes (Animaux à peau épineuse)  
  • Ascidies (Tuniciers)  
  • Vertébrés  
 
Par faune, on désigne l’ensemble des organismes animaux d’une localité géographique.

La grande caractéristique des animaux est d’être hétérotrophes c’est-à-dire qu’ils se nourrissent d’autres organismes, végétaux ou animaux et dégradent leur contenu organique pour fabriquer leur propre matière. Les végétaux, quant à eux, sont autotrophes (du grec autos=soi-même, thropê=nourriture) car ils produisent leur biomasse grâce à la photosynthèse qui permet l’élaboration de matière organique à partir d’éléments minéraux.

Le monde animal est séparé en deux grands groupes. Le premier est celui des Protozoaires, organismes microscopiques constitués d’une seule cellule, comme les amibes et de nombreux parasites, tel le vecteur du paludisme, le plasmodium.
Le second rassemble les organismes formés de plusieurs cellules, les Métazoaires, dont nous faisons partie, et qui sont couramment désignés sous le terme «d’animaux».

Issue vraisemblablement de l’océan, la vie animale y est restée plus ou moins inféodée. En effet, l’embryon animal doit se développer dans un milieu aqueux : au sein du plancton, dans un œuf, dans l’utérus maternel. Même si certains sont sortis des eaux, de nombreux organismes vivent encore dans le milieu dont leur lignée est issue, le milieu marin : 85 % des espèces animales s’y trouvent concentrées.