• La naissance d'un atoll  
  • Une montagne sous-marine  
  • La phosphatisation  
  • Les nodules polymétalliques  
 
Clipperton est un atoll subcirculaire minuscule formant une ellipse de 12 kilomètres de circonférence dont l’axe Nord-Ouest Sud-Est mesure 4 kilomètres et l’axe Nord-Sud, 2 kilomètres environ.
Seuls 2 km2 de sa surface sont émergés et constituent un étroit anneau corallien fermé d’une largeur maximale de 400 m et minimale de seulement 45 m. Il délimite un lagon isolé des eaux de l'océan dans lequel se déroule des réactions géochimiques très particulières, aboutissant à la formation et au dépôt de phosphates et de carbonates.
Le sol est diversement constitué de débris coralliens très abrasifs, de sables et d'étendues de guano qui s'effondre sous les pas. Mis à part le « rocher de Clipperton », formation volcanique de 29 m, le reste de l'île est au ras de l'eau avec une hauteur moyenne de 3 mètres. C’est d’ailleurs en raison de la présence de ce rocher que l’île est considérée comme un presqu’atoll.
Autour de l’anneau corallien s’étend un platier récifal d’une centaine de mètres de largeur sur lequel la mer déferle sans arrêt. Dix mètres sous la surface, une terrasse sous-marine borde l’île, témoin de la variation du niveau de la mer au Quaternaire.
L’atoll constitue l’extrémité d’une montagne sous-marine dont la base se situe à plus de 2500 m. C’est pourquoi les profondeurs deviennent très vite importantes lorsqu’on s’éloigne du platier pour aller vers le large. C’est le seul point émergé de la dorsale de Clipperton, surtout connue en raison de la proximité de vastes champs de nodules polymétalliques dont l’exploitation est envisagée à longue échéance.
 
Le rocher de Clipperton est la seule partie visible du socle basaltique supportant l'atoll
© Jean-Louis Etienne