• L’échantillonnage terrestre  
  • Le tri des organismes  
  • La pêche  
  • L'échantillonnage sous-marin  
  • Les appareils de mesure  
 
Notre objectif principal sur Clipperton est d’établir un «état de la nature» , c’est-à-dire de réaliser un inventaire faunistique, floristique et minéralogique. Pour cela, il est nécessaire de développer un certain nombre de techniques dites naturalistes pour lesquelles un certain nombre de paramètres sont à prendre en compte:

le type d’échantillon recherché: animal, végétal ou minéral,
le milieu: terrestre, lagonaire ou marin
la taille des échantillons: microscopiques, subcentimétrique, centimétrique et plus
le comportement des organismes: nocturne, prédateur, arboricole, parasite, par exemple.

Ainsi, il faudra soit être opportuniste et récolter à vue (végétaux, minéraux) sur terre et en plongée subaquatique, soit utiliser des pièges notamment pour les animaux. Si leur taille est réduite, un prélèvement de substrat sera envisagé (sable, bloc de corail), duquel il sera nécessaire de séparer les organismes en pratiquant un extraction, c’est à dire un tri. Nous mettrons aussi en œuvre une petite campagne de pêche qui nous renseignera sur l’identité des crustacés profonds de la pente externe de l’atoll et sur les poissons pélagiques que la montagne sous-marine attire.

Cet objectif ne serait pas totalement atteint si nous restions ignorants des paramètres géophysiques, météorologiques et océaniques auxquels est soumis Clipperton. C’est pourquoi nous réaliserons un nombre très important de mesures à l’aide d’instruments appropriés. Nous espérons que cette étude de la vie de l’île pourra se poursuivre au-delà de l’expédition afin que Clipperton devienne un observatoire de l’océan.
 
La diversité sous-marine peut s'apprécier par l'utilisation de la technique des quadrats
© Jean-François Flot MNHN