• Spongiares (Éponges)  
  • Cnidaires (Animaux urticants)  
  • Cténaires (Animaux à peignes)  
  • Plathelminthes (Vers plats)  
  • Annelides (Vers annelés)  
  • Mollusques (Animaux au corps mou)  
  • Bryozoaires (Animaux-mousse)  
  • Arthropodes (Animaux à pattes articulées)  
  • Echinodermes (Animaux à peau épineuse)  
  • Ascidies (Tuniciers)  
  • Vertébrés  
 
LA FAUNE
Plathelminthes (Vers plats)
  Introduction 
Cet embranchement rassemble environ 25000 espèces dont la grande majorité est parasite du système digestif ou excréteur des animaux. Il existe aussi quelques formes libres, c’est-à-dire non parasites, que l’on rencontre principalement dans le milieu marin et, plus rarement, dans l’eau douce ou sur la terre humide. Un des exemples les plus simples de forme libre est la planaire.

Les planaires ont l’aspect d’une petite feuille souple et mesurent en moyenne de 5 à 20 mm. Leur corps est symétrique bilatéralement, aplati et mou. Ils sont en général très colorés et ont une tête bien reconnaissable car elle porte souvent des organes sensoriels. Ces organes des sens, très simples, sont représentés par une ou plusieurs paires de tâches oculaires faisant office d’yeux et parfois par des tentacules qui ont un rôle plutôt olfactif.

Chez ces formes libres, le corps est recouvert de cils, souvent plus longs sur la face inférieure de l’animal. Ceux-ci jouent, avec la musculature, un rôle important dans le mouvement typiquement « glissé » des vers. La bouche s’ouvre sur le ventre de l’animal et laisse parfois entrevoir un conduit musculeux, le pharynx, qui vient se saisir des aliments. Les Plathelminthes possèdent un tube digestif, très rarement complet. C’est le cas chez les planaires qui ne possèdent pas d’anus. Chaque cellule du tube intestinal est autonome et capture individuellement les particules alimentaires qui passent à portée (c’est la phagocytose). Les déchets de la digestion sont ensuite rejetés dans le tube puis expulsés par la bouche de l’animal. La plupart sont carnivores et se nourrissent parfois d’autres vers.

Les planaires se rencontrent en général sur le fond, sous les pierres ou dans des flaques, dans la zone des marées ou dans les eaux peu profondes. Les plus petites formes, d’une taille inférieure au millimètre, évoluent dans les plages entre les grains de sable.
Certains vivent en association avec des Cnidaires ou des Échinodermes, d’autres, verts, en symbiose avec des algues chlorophylliennes.

À quelques exceptions près, les Plathelminthes sont hermaphrodites. Ils portent chacun de nombreux testicules, deux ovaires et un organe copulateur (le pénis). Lorsqu’ils se reproduisent de façon sexuée, l’accouplement se pratique souvent par perforation ; certains Plathelminthes parviennent même à s’autoféconder. Capables de s’enkyster, les oeufs peuvent aussi se transformer soit en jeunes vers, soit en larves en fonction des conditions du milieu.

Les planaires possèdent une étonnante faculté de régénération. Dans le mode asexué, l’animal se coupe en deux, et les parties forment deux nouveaux individus (multiplication par scissiparité). Si une planaire est coupée en petits morceaux, chacun est capable de former un nouvel individu entier.
 
La régéneration chez la planaire
Vert plat (Plathelminthe)
© Jean-Marie Bouchard