• L’échantillonnage terrestre  
  • Le tri des organismes  
  • La pêche  
  • L'échantillonnage sous-marin  
  • Les appareils de mesure  
 
LES TECHNIQUES D'EXPLORATION NATURALISTE
L’échantillonnage terrestre
  Introduction  |  La chasse à vue  |  Le piégeage passif  |  Les pièges visuels  |  Les pièges olfactifs 
L’échantillonnage terrestre consiste à récolter des organismes vivants (animaux, plantes) ou des minéraux dans un lieu (station) donné. La majorité des organismes animaux se trouvent à terre ou dans le substrat lui-même. Il sont en général petits (arthropodes, Ils se répartissent suivant les strates de la végétation lorsqu’elle existe, comme par exemple la strate herbacée (animaux vivants sur les végétaux de petite taille) ou arborescente (animaux vivant dans les arbres), etc. Bien souvent, secouer leur habitat suffit à les faire chuter et à les récupérer dans un récipient adéquat: c’est une méthode plutôt active pour laquelle des systèmes tels que le parapluie japonais ou le filet fauchoir sont d’une grande utilité.
On peut aussi les piéger, ce qui est plutôt une méthode passive. Pour cela il est possible de les attirer soit en faisant appel à leur odorat : piège à viande, à bière, sucré …. ou à leur vision : bac jaune, piège lumineux. On peut aussi simplement placer un bac dans lequel l’animal va tomber au cours d’un déplacement: c’est le piège Barber. Certains organismes volent ou sont véhiculés par le vent: il faut alors mettre en place des moyens permettant de les capturer lorsqu’il passent au dessus de la station: c’est le piège Malaise.
Il est aussi possible de prélever une quantité importante de substrat que l’on va trier en utilisant soit la flottabilité de la cuticule (chitine): c’est le tri par lavage. Une autre solution est de profiter le comportement de fuite des arthropodes lors d’une l’augmentation de température: c’est l’extraction par Berlèse.
Sur Clipperton nous mettrons en œuvre toutes ces techniques de piégeage et d’extraction pour effectuer l’échantillonnage des arthropodes et des microarthropodes du sol.
 
Une méthode d'échantillonnage terrestre: le parapluie japonais
© Christophe Hervé MNHN