• Spongiares (Éponges)  
  • Cnidaires (Animaux urticants)  
  • Cténaires (Animaux à peignes)  
  • Plathelminthes (Vers plats)  
  • Annelides (Vers annelés)  
  • Mollusques (Animaux au corps mou)  
  • Bryozoaires (Animaux-mousse)  
  • Arthropodes (Animaux à pattes articulées)  
  • Echinodermes (Animaux à peau épineuse)  
  • Ascidies (Tuniciers)  
  • Vertébrés  
 
LA FAUNE / ARTHROPODES (ANIMAUX À PATTES ARTICULÉES)
Les Arachnides (Araignées, Acariens et Scorpions…)
  Introduction   |  Les Myriapodes (ou Mille-pattes)  |  Les Crustacés  |  Les Arachnides (Araignées, Acariens et Scorpions…)  |  Les Insectes (ou Hexapodes) 
C’est un vaste groupe qui rassemble notamment les Araignées, les Acariens et les Scorpions et dont le nombre d’espèces, probablement sous-estimé, avoisine actuellement les 70 000. En effet, si les Araignées et les Scorpions sont largement étudiés par les spécialistes, seule une petite proportion des espèces d’Acariens est connue, principalement en raison de leur taille inférieure au millimètre.

Tout comme les Crustacés supérieurs, les Arachnides sont caractérisés par un céphalothorax (cephalon = tête ; thorax = thorax) c’est-à-dire que leur tête est soudée au thorax. Dépourvus d’antennes, ils possèdent 6 paires d’appendices dont les quatre dernières sont des pattes qui servent au déplacement.
Chez les Araignées, les deux autres paires ont un rôle particulier. La première, en avant de la bouche, forme les chélicères et est en relation avec une glande à venin. Elle sert à la capture et à l’immobilisation des proies. La seconde, les pattes-mâchoires, constitue un organe sensoriel majeur mais s’avère aussi nécessaire à la mastication. Les araignées peuvent posséder jusqu’à 8 yeux simples, c’est-à-dire non composés.
Sur la partie ventrale de l’abdomen se trouvent les filières, petits mamelons très mobiles dont le sommet est percé de nombreux trous. Il s’en échappe un liquide visqueux qui, en durcissant à l’air, donnera la soie avec laquelle l’araignée tisse sa toile. C’est aussi à cet endroit que se trouvent les orifices qui servent à la respiration, exclusivement aérienne dans ce groupe.
À la saison propice, la femelle tisse un petit cocon de soie dans lequel elle dépose des œufs d’où , quelques mois plus tard, sortiront de jeunes araignées.

Les Acariens, quant à eux, présentent un corps globuleux avec un abdomen soudé au céphalothorax. De nombreuses espèces vivent sur ou dans l’écorce des arbres, dans les feuilles mortes qu’ils découpent et consomment mais aussi dans les maisons, les literies, etc.
Certains sont parasites des végétaux, des animaux ou de l’homme tels les Tiques ou le sarcopte de la gale dont la femelle creuse des galeries sous la peau pour y pondre ses œufs.

Le troisième grand groupe est celui des Scorpions. Ils ont comme caractéristique de présenter les deux premières paires de pattes (chélicères et pattes-mâchoires,) modifiés en pinces et un abdomen avec des segments bien visibles. Ce dernier se termine par un aiguillon qui sert à l’injection d’un venin puissant destiné à paralyser ses proies.

Enfin, on classe aussi chez les Arachnides les Opilions (ou Faucheux) que l’on rencontre sur nos pelouses ainsi que les Pseudoscorpions, qui comme certains acariens, vivent dans les nids oiseaux et s’accrochent à leurs plumes pour se déplacer.
 
Les différentes formes d'Arachnides
Araignée forestière tissant sa toile.
© IRD- Nicolas Degallier