• Spongiares (Éponges)  
  • Cnidaires (Animaux urticants)  
  • Cténaires (Animaux à peignes)  
  • Plathelminthes (Vers plats)  
  • Annelides (Vers annelés)  
  • Mollusques (Animaux au corps mou)  
  • Bryozoaires (Animaux-mousse)  
  • Arthropodes (Animaux à pattes articulées)  
  • Echinodermes (Animaux à peau épineuse)  
  • Ascidies (Tuniciers)  
  • Vertébrés  
 
LA FAUNE / VERTÉBRÉS
Les Poissons
  Introduction   |  Les Poissons  |  Les Oiseaux  |  Les Reptiles  |  Les Mammifères 
Les poissons sont des vertébrés aquatiques, pourvus de nageoires et respirant à l’aide de branchies. C’est un groupe cosmopolite, marin et dulçaquicole. On distingue deux grandes catégories, dans ce groupe immense de plus de 100 000 espèces : les poissons sans mâchoires, les Agnathes (a-=sans, -gnathos = mâchoire) dont la Lamproie est un bon exemple et ceux qui en possèdent une.

Ces derniers sont séparés en deux groupes : les poissons cartilagineux, ou Chondrichtyens (Chondros- = cartilage ; -Ichthyos= poissson) et les poissons osseux ou Osteichthyens (osteo-= os, -Ichthyos= poissson). Les premiers (Requins, Raies , Chimères) comptent environ 2000 espèces et ont la totalité du squelette formé de cartilage. Les seconds, plus de XXX espèces, possèdent un squelette plus ou moins ossifié.

Chez les poissons cartilagineux, l’eau entre par la bouche, passe à travers les branchies et ressort par des orifices situés en arrière de la tête : les fentes branchiales. Certains d’entre eux tel le Requin-taupe par exemple, sont donc obligés de nager sans relâche leur respiration ne pouvant s’effectuer que de cette manière. D’autres possèdent un système musculaire suffisant pour pomper l’eau, par ouverture et fermeture des valves disposées à l’entrée et à la sortie du système de branchies. C’est le cas des Raies.
Chez les poissons osseux, les branchies sont protégées par des plaques osseuses et mobiles à volonté, les ouïes, qui permettent la circulation d’eau, même à l’arrêt.

Ils disposent d’une vision et d’un odorat aiguisés ainsi que d’organes sensoriels particuliers, les ampoules de lorenzini, sur le devant de la tête (chez les Raies) en sus d’une ligne latérale chez les Requins. Ce système assure la détection des mouvements et des vibrations émises par d’autres animaux.

Alors que chez les poissons osseux la nageoire caudale est symétrique, elle est asymétrique chez les poissons cartilagineux. Ces derniers possèdent une peau très particulière garnie d’innombrables petites «dents cutanées» en forme d’écailles, conférant à leur peau un pouvoir abrasif important et améliorant leur pénétration dans l’eau. Leur flottabilité est assurée grâce à la taille de leur foie riche en huile et à la légèreté de leur squelette cartilagineux. Ils se reproduisent après fécondation interne de façon ovipare, ovovivipare ou vivipare.
Contrairement aux Chondrichtyens, les Ostéichtyens flottent grâce une vessie natatoire remplie d’air. Leurs nageoires sont rigides et peuvent se déployer car elles sont dotées de rayons. Ils se reproduisent après fécondation externe.

Chez les poissons, le régime alimentaire dépend des espèces. En effet, on trouve aussi bien des omnivores que des végétariens (Saupe), des détritivores se nourrissant de débris animaux et végétaux en décomposition, des planctophages, ingérant du zooplancton (Anchois, Hareng...) et des carnivores (Requins, Carangues), et.…

Leur importance dans la chaîne alimentaire et sur le plan économique est considérable.
 
  Dermatolepis dermatolepis  
  • La murène Gymnothorax dovii  
  • Le poisson-chirurgien Acanthurus nigricans  
  • Le poisson-trompette Aulostomus chinensis  
  Mulloïdichthys dentatus  
 
Le requin pointe noire (Carcharhinus melanopterus), in familier du récif.
© IRD- Bernard Seret
Requins et raies, poissons cartilagineux.
MNHN-Bibliothèque centrale
Squelette de poisson.
MNHN-Bernard Faye