• L’échantillonnage terrestre  
  • Le tri des organismes  
  • La pêche  
  • L'échantillonnage sous-marin  
  • Les appareils de mesure  
 
LES TECHNIQUES D'EXPLORATION NATURALISTE / LES APPAREILS DE MESURE
GPS et Argos
  Introduction   |  Le photomètre  |  Le fluxmètre  |  Le marégraphe  |  GPS et Argos  |  Le Gravimètre  |  Le Sismographe 
Le GPS (Global Positionning System) est un système de positionnement par satellite qui a été développé par les militaires américains et mis à la disposition du public et des scientifiques, il y a une quinzaine d’années. Avec un tel système, la précision est fiable à quelques mètres près. L’appareil émet un signal quasi-permanent à un réseau de satellites. Le couplage des informations d’au moins 3 d’entre autorise une sorte de triangulation donnant la position de l’émetteur. Cette information est ensuite réémise, soit à un centre de gestion des données, soit au GPS lui-même qui indique alors sa position.
La balise ARGOS a été mise au point en France par le CNES (Centre National d’Études Spatiales). Cette balise totalement autonome est capable d’être programmée afin que, couplée à d’autres instruments, elle puisse transmettre diverses mesures : température, niveau de la mer, etc. C’est ainsi qu’elle servait, à l’origine, à la transmission des données des stations météorologiques automatiques. Avec la miniaturisation de l’électronique, les balises Argos sont aujourd’hui plus petites et plus légères. Fixées sur les animaux ou des objets, elles permettent de suivre leurs déplacements migratoires et les phénomènes de dérives, par exemple.
Sur Clipperton, nous équiperons de nombreux oiseaux de mer, de ces petites balises afin d’effectuer des «tracking», c’est-à-dire de suivre en temps réel, les déplacements des volatiles entre l’île et leurs lieux de pêche.
 
Fou équipé d'une balise Argos
© Chizé CNRS/CEB