Carotte dans une Patate
  mardi 01 février, 2005 précédente | suivante  
 
AVRIL 05 | MARS 05 | FEVRIER 05 | JANVIER 05 | DECEMBRE 04
  • 28-02-05, “Eau Douce à Volonté !”  
  • 27-02-05, “Joseph et Bernard-l'Hermite”  
  • 25-02-05, “Les Déplacements sur Clipperton”  
  • 24-02-05, “Activités Sous-Marines”  
  • 23-02-05, “Quelques Résultats des Recherches”  
  • 22-02-05, “Coupés du Monde”  
  • 21-02-05, “Transmission Satellite en panne”  
  • 15-02-05, “Trou sans Fond
Exploration aux Instruments”
 
  • 14-02-05, “Saint Valentin”  
  • 10-02-05, “La Lancha de Vicente”  
  • 09-02-05, “Habitats Ephémères”  
  • 07-02-05, “Le Bar des Fous s'agrandit”  
  • 04-02-05, “Trou sans Fond - Deuxième”  
  • 03-02-05, “Avis de Grand Frais”  
  • 02-02-05, “Trou sans Fond - Premiere”  
  • 01-02-05, “Carotte dans une Patate”  
 
Ils sont arrivés de Nouméa où ils travaillent à l’IRD, l’ Institut de Recherche pour le Développement, un organisme de recherche français qui a pour mission de développer des projets scientifiques centrés sur les relations entre l’homme et son environnement dans la zone intertropicale.

Leur spécialité est la paléoclimatologie, c’est à dire qu’ils étudient les climats du passé. Certains chercheurs le font à partir des carottes taillées dans les glaces polaires, d’autres dans les sédiments du fond de l’océan, eux travaillent sur des carottes qu’ils taillent dans l’édifice corallien. Le corail est un organisme vivant qui produit du carbonate de calcium, sorte de craie blanche granuleuse qui s’amoncellent en grosses concrétions plus ou moins arrondies communément appelé “patates de corail”. Cette variété cristalline de carbonate de calcium est de l’aragonite.

Tous ces empilements de matières anciennes, glace, sédiment ou aragonite contiennent la mémoire des conditions environnementales dans lesquelles ils se sont formés.

Thierry Corrège et John Butscher assistés par notre docteur Jean Eric Blatteau ont extrait aujourd’hui une carotte de 2,40 mètres. Comme le taux de croissance du corail est entre 1cm et 1,5 cm par an , cette carotte représente environ 250 années de production d’aragonite.

Il a été trouvé il y a une dizaine d’année que la teneur en strontium de ces carottes coralliennes est inversement proportionnelle à la température de l’eau à la date de formation avec une précision d’un demi-degré.

Ces carottes seront analysées au centre IRD de Bondy en région parisienne. Les variations de la teneur en strontium aux différents étages de la carotte permettront de connaître les variations de la température de l’eau pendant environ 250 ans.

La périodicité du phénomène El Nino, qui entraîne un réchauffement des eaux du Pacifique Est, est inscrite dans cette carotte. Dans un contexte actuel de réchauffement climatique, ces carottes révèlent avec précisions les conditions climatiques du passé.

Beau temps à nuageux.
T°air : 28°C à 12 H.
T°eau : 28°C à 52 mètres.
Vent ENE : 25 km/h.
P : 1011 hPa.
 
Carottage sur une patate de corail
© Xavier Desmier
La carotte blanche d'aragonite est extraite du carottier
© Xavier Desmier
La précieuse carotte est stockée dans un étui
© Xavier Desmier