La Lancha de Vicente
  jeudi 10 février, 2005 précédente | suivante  
 
AVRIL 05 | MARS 05 | FEVRIER 05 | JANVIER 05 | DECEMBRE 04
  • 28-02-05, “Eau Douce à Volonté !”  
  • 27-02-05, “Joseph et Bernard-l'Hermite”  
  • 25-02-05, “Les Déplacements sur Clipperton”  
  • 24-02-05, “Activités Sous-Marines”  
  • 23-02-05, “Quelques Résultats des Recherches”  
  • 22-02-05, “Coupés du Monde”  
  • 21-02-05, “Transmission Satellite en panne”  
  • 15-02-05, “Trou sans Fond
Exploration aux Instruments”
 
  • 14-02-05, “Saint Valentin”  
  • 10-02-05, “La Lancha de Vicente”  
  • 09-02-05, “Habitats Ephémères”  
  • 07-02-05, “Le Bar des Fous s'agrandit”  
  • 04-02-05, “Trou sans Fond - Deuxième”  
  • 03-02-05, “Avis de Grand Frais”  
  • 02-02-05, “Trou sans Fond - Premiere”  
  • 01-02-05, “Carotte dans une Patate”  
 
Il est temps de vous parler de celle qui a sauvé l’expédition du naufrage. Je l’ai découverte dans les bas-fonds du port de pêche de Manzanillo, au bout d’un chemin de terre dessiné dans un champ d’herbes folles circulant entre de gros tas de matériaux abandonnés. Il débouchait sur un cloaque, où s’amoncelaient de vieilles plaques d’amiante et toute une machinerie rouillée récupérée sur une épave éventrée qui gisait sur la plage. Surpris de me voir arriver un chien famélique poussa deux aboiements sans même se lever . Alerté par son gardien, un homme sorti d’un vieux catamaran en plastique échoué. Il vivait sous la coque entre les flotteurs et dormait à l’étage dans une cabine de cet ancien yacht.

Vicente avait le sourire accueillant du pauvre heureux dans sa caverne d’Ali baba . Mon espagnol était trop maigre pour lui expliquer ce qui m’avait conduit jusqu’à lui. Je l’ai amené vers celle que je convoitais, et que j’avais repérée du haut du mât du Rara Avis amarré au port de commerce de l’autre côté de la baie.

C’était une vieille barque de pêche mexicaine, une lancha dont le propriétaire m’a tout de suite vanté les qualités marine et la robustesse. On s’est vite mis d’accord sur un tarif de location en lui promettant de la ramener à la fin de l’expédition. Vicente n’en croyait pas ses yeux. Après quelques consolidations minimales, nous l’avons emmenée à Clipperton où, dans la passe houleuse du récif nous avons découvert cette perle de mer. Un passage dans l’eau tout en douceur , une stabilité au surf des plus rassurante, et tout ceci avec un chargement de plus d’une tonne !

Manue, Sam et Janot lui on refait une jeunesse et Elsa l’a signée de Basile, le crabe de Clipperton dont Elliot s’est fait l’ami. La lancha est repartie pour une nouvelle vie.

Beau Temps.
T°air : 28°C à 12 H.
Vent ENE 20 à 25 km/h.
P : 1009 hPa.
 
Affaire conclue avec Vicente.
© Camille Fresser


Remorquage jusqu'au Rara Avis.
© Camille Fresser


Lancha en action pour le débarquement de vivres.
© Philippe Lebarron