AVRIL 05 | MARS 05 | FEVRIER 05 | JANVIER 05
  • 30-03-05, “L'attaque de ce cher Khan”  
  • 23-03-05, “Lucien le requin ”  
  • 16-03-05, “Moussu”  
  • 09-03-05, “La fête de Basile”  
  • 02-03-05, “Edgar le vampire”  
L'attaque de ce cher Khan
    mercredi 30 mars, 2005 précédente | suivante  
Cette fois encore, c’est cette bonne Joufflue la tortue, qui fut mise à contribution : Camillou le fou, l’avait dirigée jusqu’à la plage, où Elliot et Basile embarquèrent sur sa carapace, pour rejoindre Lucien le requin au large.
Amande n’avait pas voulu se joindre à eux cette fois ci, d’autant que Khan le requin tigre, cousin de Lucien, n’était pas parti comme prévu.
- Mais non Joufflue, tu ne crains rien ! dit Basile.
- Ne lui raconte pas d’histoire, intervint Antonin le dauphin, tout le monde sait que les requins tigres adorent les tortues …
Joufflue n’en menait pas large, et Elliot avait du mal à tenir sur son dos tant elle tremblait. - Vas-tu finir ! Gronda Basile. Certes ce cher Khan n’a pas l’air de savoir se tenir, mais jusqu’à preuve du contraire tu n’es plus un bébé tortue. Grasse comme tu es, il ne fera pas de toi une bouchée !
- Hello la compagnie ! coupa Lucien le requin.
- Coucou ! dit Elliot impressionné
- Je vous propose une petite démonstration de chasse…
- Arg ! bredouilla Basile
Cette fois ci, joufflue tremblait si fort que Basile glissa et tomba à l’eau. Khan, d’un coup de nageoire, le rattrapa et le fit disparaître dans sa gueule.
Plus personne ne bougeait, un frisson glacé parcourut le petit Elliot, même Joufflue ne tremblait plus.
Khan émergea, et Basile complètement recroquevillé apparut entre ses dents acérées. Basile se traîna alors péniblement sur le dos de joufflue dont les yeux vitreux laissaient prévoir un malaise imminent.
- Charmé ! Grommela Basile.
- Je vous explique, dit Lucien de sa voix sautillante, cette petite démonstration me permet d’introduire mon sujet. Et s’adressant à son cousin, cher Khan vous pouvez disposer. Grâce à une multitude de minuscules denticules, que nous avons à la place des écailles…
- Qu’est-ce que c’est des denticules ? demanda Elliot.
- Ce sont comme des petites dents qui nous permettent d’aller plus vite avec peu d’efforts. En quelques sortes ces petites dents nous permettent de fendre les flots !
- Mais on ne les voit pas ?! Dit Elliot
- C’est vrai, mais si tu touches la peau d’un requin, cela ressemble au papier de verre.
- Et qu’est-ce que vous avez d’autre que les poissons n’ont pas ? dit Elliot passionné.
- Notre squelette n’est pas ossifié…
- Expliques-toi… Intervint Basile.
- Ça veut dire que nos os ne sont pas durs, ce qui nous donne une plus grande souplesse dans nos mouvements.
Lucien et Khan entamèrent une petite danse ondulatoire qui détendit l’atmosphère.
- Cela nous permet aussi de mieux flotter.
- Mais comment ils font les autres poissons ? Demanda Elliot
- Certains ont des petites poches d’huile, répondit Antonin le Dauphin.
- Mais surtout les requins ont une arme redoutable pour la chasse, intervint Joufflue : ils ont la capacité de ressentir le champ magnétique des autres êtres vivants, ce qui leur permet de repérer leurs proies bien avant des les voir ou de sentir leur odeur.
- La classe ! Lança Elliot.
Khan qui, on le voyait bien s’amusait franchement, fit claquer sa mâchoire tout près de Joufflue.
- Même pas peur ! Dit Joufflue hors d’elle.
- Tous éclatèrent de rire.
- Bon les amis, dit Basile hilare, la marée monte, il faudrait rentrer maintenant.
Mais Elliot voulut poser une dernière question :
- ça existe vraiment les requins qui font de la lumière ?
- Et oui, ce sont les requins photophores, cela se produit au moment de faire des petits, pour se reconnaître entre mamans et papas.
- Ouah ! dit Elliot
- Allez c’est parti ! crièrent en cœur Basile et Joufflue. Et tranquillement tous regagnèrent la plage, en en se retournant pour faire de grands signes à Lucien et Khan.

Merci à Bernard Séret pour ces précieux conseils
 
 
Joufflue la tortue menée par Camillou le fou.
© Jean-Michel Bompar


Basile passe à l'eau.
© Loïc Charpy


Lucien le requin.
© Matthieu Foulquié