Débarquement ...  
 
AOUT 05 | DECEMBRE 04 | NOVEMBRE 04 | OCTOBRE 04 | OCTOBRE 05
  • 15-12-04, “Débarquement ...”  
  • 14-12-04, “Comment recevoir une lettre de Clipperton ?”  
  • 06-12-04, “Message de Jean Louis avant de partir ”  
 
  mercredi 15 décembre, 2004 précédente | suivante  
Après 3 jours de mer au départ de Manzanillo, nous avons atteint l’île de Clipperton.
L’alizé de Nord-Est soufflait à 30 km/h et une forte houle rendait le débarquement impraticable pendant 24 heures sur la côte Est (ce qui était initialement prévu).
Nous avons finalement pu débarquer sur la côte Ouest, qui était plus à l’abri de la houle, mais la barrière de corail ininterrompue ne laissait entrevoir aucun passage. Janot a plongé et, à force d’exploration, il a tout de suite balisé avec des bouées ce qui semblait un passage très étroit. Ce n’est que le soir, à marée haute, qu’il a réussi à atteindre l’île avec le vieux canot acheté à Manzanillo.
Enfin, le 9 décembre, jour de mon anniversaire, je passais la 1ère nuit sur Clipperton, un beau cadeau après 2 ans d’acharnement à monter cette expédition.
Pendant 2 jours, sous un soleil de plomb, nous avons débarqué 10 tonnes de matériels, surfant sur la vague à marée haute. Ne trouvant pas de solutions de débarquement satisfaisantes pour les six tonnes de bois, nous avons fini par le jeter à la mer. La houle s’est chargée de le disperser sur 1km de côte. Nous avons rassemblé ce bois sous un soleil de plomb sur le bord du lagon.
Clipperton fait 12 km de circonférence et la seule cocoteraie choisie pour établir le camp se trouvait à l’autre bout de l’île, de l’autre côté du lagon central. Bernard a eu l’idée géniale de tout assembler et d’en faire un radeau pour traverser le lagon jusqu’au camp. Et c’est juché sur cette embarcation de fortune, chargée de matériel hétéroclite, qu’ils ont fait leur première traversée du lagon de Clipperton.
Après le grand nettoyage des vestiges du Camp Bougainville des années 60, toutes les constructions sont maintenant lancées : la cuisine, le réfectoire, le château d’eau et le dessalinisateur…
Le programme d’étude de la population des rats aussi : ce matin, 25 % des pièges étaient pleins.
Dernière bonne nouvelle, le conteneur disparu au Mexique, a été retrouvé, il est enfin arrivé à Manzanillo : merci à tous ceux qui ont contribué sans relâche à dénouer ce nœud administratif. Nous allons enfin pouvoir récupérer une grande partie du matériel de production d’énergie (panneaux solaires, éoliennes), mais aussi les grandes tentes qui abriteront les dortoirs et les laboratoires des scientifiques. En attendant, on s’éclaire grâce à un groupe électrogène et les hommes dorment dans des hamacs accrochés aux cocotiers.
L’aventure a vraiment commencé !
 
Mise à l'eau
© Xavier Desmiez
Transports vers le camps
© Xavier Desmiez
Le camp Bougainville
© Xavier Desmiez