• Les plus "légers que l'air"  
  • L'adaptation de l'homme au froid  
  • Organisation des vols sur la banquise  
  • Conditions de vol au cours de l'expédition  
  • Campagnes de mesures  
  • Transmission –Sécurité - Secours  
  • Les satellites observent la terre  
  • Visite de notre dirigeable  
  • L'atmosphère terrestre  
  • Prévision météo et modélisation  
  • Le climat polaire  
  • Le bilan énergétique solaire  
  • L'effet de serre  
  • Banquise : glace de mer  
  • Icebergs : glace d'eau douce  
  • Les glaces : archives du climat  
  • Glaciations et paysages  
  • L’Arctique et la circulation océanique  
  • Genèse de l’océan Arctique  
  • Le plancton arctique  
  • Biodiversité marine et réseau alimentaire  
  • Baleines et autres Cétacés  
  • Phoques et Morses  
  • La flore polaire  
  • La faune polaire  
  • L'ours blanc  
  • Les oiseaux de l'Arctique  
  • Evolution des espèces et climat  
  • Géographie des régions arctiques  
  • Pôle Nord géographique, Pôle Nord Magnétique  
  • A qui appartient l'Arctique ?  
  • Les découvreurs du Grand Nord  
  • Les Inuits  
  • Les autres peuples du Grand Nord  
  • L'Arctique aujourd'hui  
  • L'homme et la biodiversité arctique  
  • Pollutions en Arctique  
  • Réchauffement : les cycles naturels  
  • L'augmentation de l'effet de serre  
  • Les conséquences du réchauffement  
 

Un dirigeable au Pôle Nord
Les satellites observent la terre
 

La télédétection : la Terre vue du ciel
Cartographier la Terre, préciser le tracé des routes et l'étendue des villes, prévoir les récoltes, surveiller volcans, forêts, océans ou glaces, observer les nuages : les satellites artificiels ont révolutionné notre perception de la planète. Ils effectuent mesures et observations à distance, sans contact matériel avec la surface étudiée : c'est ce que l'on appelle la télédétection.

Des images, même la nuit
Les satellites de télédétection voyagent à quelques centaines de kilomètres au-dessus de nos têtes, faisant une quinzaine de tours du monde par jour. Ils observent régulièrement et avec précision chaque région. Certains captent simplement la lumière naturelle renvoyée par le sol ou l'atmosphère. D'autres envoient vers le sol leurs propres ondes radars, dont ils enregistrent les échos ; ce système permet de "voir" même de nuit et à travers les nuages.

Mission Banquise : mieux comprendre les images satellitales
Les informations reçues à Terre sont analysées, retraitées et présentées sous forme d'images en "fausses couleurs". Chaque type de surface (roche, eau, champ...) renvoie en effet une série d'ondes qui la caractérise : c'est sa "signature spectrale", traduite par une couleur. Pour être sûr de ce que l'on voit, il faut étalonner les images, c'est-à-dire vérifier au sol les éléments du paysage. Pour cela, des observations comme celles de Jean-Louis Etienne sur la banquise sont indispensables.

Quand QuikSCAT ausculte la banquise
L'océan Arctique, vaste et inhospitalier, ne peut pas être étudié aisément depuis la surface ; c'est un domaine de choix pour la télédétection. Le satellite américain QuikSCAT est équipé d'un système radar capable de mesurer, d'après l'aspect de la surface, vitesse et direction des vents sur l'océan et mouvements de la banquise. Les cartes établies aident à comprendre l'évolution des glaces et leur réponse éventuelle aux variations climatiques.