• Les plus "légers que l'air"  
  • L'adaptation de l'homme au froid  
  • Organisation des vols sur la banquise  
  • Conditions de vol au cours de l’expédition  
  • Campagnes de mesures  
  • Transmission –Sécurité - Secours  
  • Les satellites observent la terre  
  • Visite de notre dirigeable  
  • L'atmosphère terrestre  
  • Prévision météo et modélisation  
  • Le climat polaire  
  • Le bilan énergétique solaire  
  • L'effet de serre  
  • Banquise : glace de mer  
  • Icebergs : glace d'eau douce  
  • Les glaces : archives du climat  
  • Glaciations et paysages  
  • L’Arctique et la circulation océanique  
  • Genèse de l’océan Arctique  
  • Le plancton arctique  
  • Biodiversité marine et réseau alimentaire  
  • Baleines et autres Cétacés  
  • Phoques et Morses  
  • La flore polaire  
  • La faune polaire  
  • L'ours blanc  
  • Les oiseaux de l'Arctique  
  • Evolution des espèces et climat  
  • Géographie des régions arctiques  
  • Pôle Nord géographique, Pôle Nord Magnétique  
  • A qui appartient l'Arctique ?  
  • Les découvreurs du Grand Nord  
  • Les Inuits  
  • Les autres peuples du Grand Nord  
  • L'Arctique aujourd'hui  
  • L'homme et la biodiversité arctique  
  • Pollutions en Arctique  
  • Réchauffement : les cycles naturels  
  • L'augmentation de l'effet de serre  
  • Les conséquences du réchauffement  
 

Océan et vie marine
Phoques et Morses
 

Des mammifères amphibies
Morses, phoques et otaries sont des mammifères marins carnivores. Comme leurs cousins de l'Antarctique, ils font partie de l'ordre des Pinnipèdes ("pattes en nageoires"). Parfaitement amphibies, ils sont aussi bien adaptés à la vie aquatique (palmes, hydrodynamisme, nourriture à base de poisson, de mollusques, de crustacés) que terrestre (poumons, naissance à l'air libre).

Phoques et Otaries
Dans l'océan Arctique vivent plusieurs espèces de phoques (phoque barbu, phoque annelé, etc.) et d'otaries (lion de mer de Steller, otarie à fourrure). Pour ne plus les confondre, retenez que seules les otaries ont des oreilles visibles et replient leurs "pattes" arrière pour marcher à terre ; les phoques, eux, rampent sur le sol. Orques et ours blancs sont leurs prédateurs naturels.

Les Morses, sentinelles des rivages arctiques
Gros mammifère rebondi (jusqu'à 1200 kg !) aux impressionnantes défenses - des canines modifiées -, le morse vit en troupeaux sur les rives arctiques. Autour du museau, il porte des "moustaches" tactiles, très raides. Labourant les fonds marins avec ses défenses, il se nourrit de mollusques qu'il broie avant de les "aspirer" ; il peut, à l'occasion, manger du phoque.

La pollution : une nouvelle menace
Certains Inuit dépendent essentiellement des phoques, dont ils tirent nourriture, outils, vêtements, etc. (civilisation du phoque) ; mais ils en respectent la vie. En revanche, certains pinnipèdes ont été décimés par les chasseurs, venus dans le Grand Nord rechercher huile et fourrures. Aujourd'hui, les produits chimiques que nous rejetons (polluants) s'accumulent dans leurs graisses, représentant un danger plus insidieux.