• 16-05-07, “Orage magnétique dans l'hélico”  
 
  • 10-05-07, “Magie sous la banquise”  
 
  • 02-05-07, “Rencontre sur la banquise”  
 
  • 25-04-07, “Une dangereuse escapade”  
 
  • 18-04-07, “Une arrivée mouvementée”  
 
  • 11-04-07, “Elliot et Ulysse, clandestins au Spitzberg”  
 
  • 09-04-07, “Aventurier en herbe !”  
 
Rencontre sur la banquise  
  mercredi, 02 mai 2007 précédente | suivante    
Elliot et Ulysse oubliaient un détail : le soleil ne se coucherait pas ce soir...Ici au Pôle Nord, il se lève le 21 mars et ne se recouche que le 21 septembre.
Pour nos deux jeunes garçons, cette journée permanente était une aubaine...

- Je te l'’ai déjà expliqué Ulysse, c’'est une question d'’inclinaison de la terre par rapport au soleil.
- Décidément, tout est extrême ici ! s’'exalta Ulysse. L’'été, il fait jour tout le temps et l’'hiver, c’'est la nuit en permanence, le blizzard, les aurores boréales !
- Mais! mais c’'est d’'ailleurs ce qui assure qu’'il y aura toujours de la glace au Pôle Nord l'’hiver ! répondit Elliot
- Mais je croyais que la banquise allait disparaître à cause du réchauffement climatique ?!
- Oui, en été ! souffla Elliot agacé, en été...
- Et si on essayait par là ? dit Ulysse d’'un ton léger pour changer de sujet.
- Tu vois bien qu’'il y a pas de trace par là, répondit Elliot, si nous voulons rejoindre le camp il faut retrouver nos traces, Ulysse !
- Eh bien, je crois que nous avons un problème !! chuchota Ulysse qui empêcha Elliot de continuer.
- Il manquait plus que ça...Si un bébé ours se promène par là c’'est que sa maman n’'est pas loin ! dit Elliot assez préoccupé.

A quelques pas, deux jeunes oursons jouaient avec leurs pattes arrière, tout en dévalant une congère de glace, sans se préoccuper le moins du monde d’'Elliot et Ulysse.

- C’'est encore plus mignon en vrai ! minauda Ulysse, et tu as vu leurs petites « papates » griffues ? Quels anges !
- Bon, nous n’'allons pas traîner, un ours a un odorat beaucoup plus développé que le nôtre, je suis sûr que notre présence n’a pas échappé à Maman ourse...Heureusement, le vent vient face à nous, profitons-en tant que ça dure.
- On pourrait quand même en toucher un !! Tu sais ce n’'est pas tous les jours qu’'on croise...
- Couche-toi, Ulysse !

Un ours, probablement la mère, venait d'apparaître les babines ensanglantées, sûrement les restes d’'un phoque juste avalé…

- Elle n’a pas l’'air de s’'occuper de nous… Bifurquons sur la gauche, chuchota Elliot. Mais c’est quand même pas normal, qu'il y ait des ours à cette latitude.
- Qu’'est-ce que tu dis ? demanda Ulysse juste un peu trop fort...

Madame ourse avait redressé la tête et tendait son museau, les narines frémissantes, dans leur direction...Cependant, elle ne semblait pas prête à donner la chasse puisqu’'elle se coucha sur le flan, laissant ses petits téter frénétiquement. Elle entreprit bientôt un nettoyage sérieux et musclé des oreilles d’'un de ses rejetons.

- Bon, suis-moi sans faire de bruit...Ça changera ! gronda Elliot
- Pourquoi il ne devrait pas y avoir d’'ours ici ? Le Pôle Nord est leur royaume, non ?
- Tu lis trop de contes de fée mon pauvre Ulysse... Oui, les ours sont dans les régions arctiques, arktos en grec veut d’'ailleurs dire Ours, mais ils n’'ont pas pour habitude d’'aller se cailler juste pour le plaisir de prendre le frais, ils vont là où il y a de la nourriture...
- Bien, à ce que je vois, maman ours aura trouvé un fameux festin, rigolait Ulysse en montrant un morceau de tripaille encore accroché à sa fourrure.
- Fais le malin, Ulysse, en attendant ça signifie qu’'elle a été obligée de monter très haut vers le Pôle Nord afin de trouver un terrain de chasse intéressant, le réchauffement climatique, je te le dis, c’'est ça le problème !

À cet instant, un faible bruit de moteur se fit entendre, cette fois-ci ce n’'était pas un hélicoptère, peut-être une moto neige. En tout cas, elle allait avoir bien du mal à se frayer un chemin, dans cet enchevêtrement de blocs de glace...
Pour l'ours, le danger était à porter de main. Elle attrapa un des petits dans sa gueule et déguerpi avec une puissance phénoménale !

- Bon Ulysse, il fait faim et froid, tu acceptes cette fois que nous...
- Nous sommes là ! hurla Ulysse, en se redressant, immédiatement rejoint par Elliot.
Au moins, la direction était donnée, ils se propulsèrent au-dessus des obstacles de glace, plus rien ne pouvait les arrêter...
 
© Fabrice Genevois
© Fabrice Genevois
© Fabrice Genevois